Pages
Le 1er janvier 2018 un nouveau bulletin de paie est entré en vigueur.
22005
post-template-default,single,single-post,postid-22005,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-6.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Le nouveau de bulletin de paie : qu’en est-il ?

20 Juin Le nouveau de bulletin de paie : qu’en est-il ?

Le 1er janvier 2018 un nouveau bulletin de paie est entré en vigueur. Applicable depuis 2017 auprès des entreprises de plus de 300 salariés, il est aujourd’hui obligatoire pour l’ensemble des entreprises françaises.

Un nouveau bulletin de paie

Un nouveau bulletin de paie, pourquoi ? Une simplification de lecture, une accessibilité pour les salariés à sa compréhension. Ceci représente l’objectif principal de ce bulletin de paie. L’ancien présentait un trop grand nombre d’informations qui restaient complexes à identifier et à assimiler. Le calcul du montant dû au salarié de la part de l’employeur était difficile à comprendre. C’est pourquoi, cette année, un bulletin de paie éclairci est délivré à chaque salarié.

Il présente une réduction des informations présentes sur le papier. Les montants de cotisation sont notamment plus lisibles avec des libellés plus clairs. En outre, le bulletin de paie tient compte des exonérations touchées par le salarié. Les cotisations sont regroupées par famille de risques couverts.

De grandes rubriques divisent les informations au sein du bulletin de paie. Nous retrouvons la santé, la retraite, l’accident de travail, le chômage, les cotisations conventionnelles ou encore l’allégement des cotisations patronales.

Différentes catégories

Plusieurs catégories, apparaissent sur le nouveau bulletin de paie tel que, l’identité de l’employeur et du salarié, la période et le nombre d’heure de travail, le montant total versé par l’employeur. Certaines lignes sont largement simplifiées comme les taux de cotisations patronales qui ne sont plus d’actualité sur ce nouveau bulletin. En effet, les allégements de cotisations regroupent l’ensemble des exonérations et les réductions de cotisations bénéficiées par l’employeur.

Cependant, cette simplification reste limitée. Certaines catégories présentent encore des sous rubriques rendant la lecture plus complexe. De plus, par moins d’informations, le salarié est en possession de moins de preuves en cas de litige avec son employeur.

Le bulletin de paie du 1er janvier 2018 répond alors globalement à l’objectif cité précédemment : la simplification de lecture. Une question se pose tout de même : est-il vraiment en faveur de l’employé ? La réduction d’information permet, certes, une lecture simplifiée, malgré quelques lignes encore difficiles, mais elle engendre aussi, pour le salarié, une connaissance moindre de son activité pouvant lui nuire.